Croatie : comment survivre au tourisme de masse ?

| |

Chaque été, c’est la même rengaine en Croatie. On débat du tourisme et de son importance, cruciale, pour la bonne santé économique du pays. Mais on n’évoque jamais ses conséquences sur le quotidien des habitants et les bouleversements sociaux que cette activité saisonnière entraîne. Entretien avec le sociologue Sven Marcelić.

Propos recueillis par Andrea Milat Sociologue et maître de conférences à l’Université de Zadar, Sven Marcelić travaille en ce moment sur les problèmes des villes du littoral croate, de la consommation culturelle à l’impact du tourisme sur les processus urbains. Bilten (B.) : L’économie croate, particulièrement en Dalmatie, est très dépendante des revenus du tourisme. Pourriez-vous nous expliquer le fonctionnement du tourisme en Croatie ? Sven Marcelić (S.M.) : C’est un tourisme particulièrement saisonnier. Pendant les mois d’hiver, la destination la plus fréquentée est Zagreb, où les visiteurs se rendent plutôt pour des raisons (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous