Serbie : les ouvriers de Fiat Kragujevac partent travailler en Slovaquie et en Pologne

| |

La délocalisation à marche forcée des salariés de Fiat Kragujevac a commencé. Mais ils sont à peine un tiers à avoir accepté de partir loin de chez eux pour sauver leur emploi, le temps que leur usine passe au tout électrique, « d’ici 2024 ». Les autres se retrouvent sur le carreau.

Traduit par Nikola Radić (article original) et adapté par la rédaction Ils sont contraints de quitter leur pays et faire la navette entre la Slovaquie ou la Pologne et la Serbie pour ne pas perdre leur travail. Le 7 août, un troisième groupe de salariés du site automobile de Kragujevac détenu par Fiat en Serbie est parti direction l’usine automobile de Trnava, à une soixantaine de kilomètres à l’est de la capitale slovaque Bratislava. Un quatrième contingent devrait les rejoindre le 21 août. Tous ces salariés ont accepté « l’offre » proposée par leur entreprise début juin. Fin avril, le groupe Stellantis, quatrième plus grand constructeur (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous