Serbie : « Žmurke », une série qui joue à cache-cache avec la guerre et la paix

| |

« Il n’y a pas de règles. » Le sous-titre de Žmurke résume le parti-pris du réalisateur Miša Radivojević : faire fi des conventions pour signer une œuvre singulière sur son enfance. Plongée au cœur du printemps 1945, quand la Yougoslavie tente de reconstruire la paix sur les cendres encore fumantes de la Seconde Guerre mondiale. Un clair-obscur d’où surgissent les monstres... Critique.

Par Nikola Radić À l’approche de ses 80 ans, Miloš « Miša » Radivojević, l’un des derniers grands maîtres du cinéma serbe, se livre à un exercice osé et exaltant : exhumer son enfance. Après une riche carrière cinématographique (Bube u glavi, Kvar, Dečko koji obećava, Una, Ni na nebu ni na zemlji) et plusieurs œuvres pour la télévision (les séries Gore dole ou Otvorena vrata, ainsi que téléfilms), le vétéran signe Žmurke (« Cache-cache »), une mini-série s’inspirant de son histoire personnelle et diffusée au printemps 2019 par la RTS. Le décor est des plus simples : la place centrale d’une bourgade provinciale serbe, drapeaux yougoslaves au vent, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous