Serbie : du haut de la décharge de Vinča, 40 années d’ordures vous contemplent

| |

Infrastructures sous-équipées, fumées toxiques... En mai 2017, l’incendie de la décharge publique de Vinča, près de Belgrade, a duré 40 jours. Quatre mois plus tard, la Ville de Belgrade signait un partenariat public-privé avec le consortium franco-japonais Suez-Itochu pour construire un incinérateur : près de 40 millions d’euros par an pour un bail de 25 ans. La « solution miracle » ou bien un remède qui risque de se révéler pire que le mal ?

Par Lav Mrenović Le 18 mai 2017, les habitants de Vinča, une banlieue éloignée de Belgrade, se sont réveillés au milieu d’une fumée blanchâtre et nauséabonde. Les médias ne publiant rien, ils se sont tournés vers les réseaux sociaux, partageant des photographies et faisant part de leurs difficultés à obtenir les moindres réponses. Le lendemain, l’État les informait que des ordures de la décharge de Vinča avaient pris feu, mais que l’incendie était localisé et il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. Les jours suivants, la fumée et la puanteur n’avaient pas disparu. La mairie et le Service municipal de santé publique ont assuré que tout allait bien, mais (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous