Serbie : la Chine vend une station d’épuration obsolète à la ville de Belgrade

| |

Cela fait des décennies que Belgrade attend de se doter d’une station d’épuration. Le chantier a été confié à un opérateur chinois, en toute opacité. Les experts tirent la sonnette d’alarme : la technologie prévue est dépassée et promet de plomber à long terme les finances de la Serbie. Sans parler des questions environnementales.

Traduit et adapté par Chloé Billon (article original) Belgrade est aujourd’hui la seule capitale européenne à ne pas retraiter ses eaux usées, qui finissent dans le Danube et la Save. En réalité, c’est même toute la Serbie qui ne retraite pas ses eaux usées et le pays a un besoin urgent de 250 à 300 stations d’épuration. Des projets sont dans les tiroirs depuis longtemps et leur construction est censée s’accélérer du fait des négociations d’adhésion du pays à l’Union européenne (UE). Les autorités serbes, qui espèrent ouvrir le chapitre 27 (environnement et changement climatique), vont devoir se mettre en conformité avec le cadre législatif européen (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous