Roumanie : comment le pouvoir contrôle le vote des minorités

| |

Le gouvernement roumain alloue plus de 25 millions d’euros par an aux organisations représentant les 17 minorités nationales reconnues par l’État. Cet argent, distribué sans contrôle, est souvent détourné à des fins personnels par leurs dirigeants. Qui en retour votent quasiment toujours avec la majorité au Parlement. Enquête sur un système de corruption étatisée.

Par Iulia Marin et Mihai Voinea À côté de l’UDMR (Alliance démocratique des Magyars de Roumanie, principal parti de la minorité hongroise), il y a 17 associations des minorités qui ont une place au Parlement selon le modèle adopté en 1990. Pour chacune d’elles, toutefois, il y a un problème de représentativité, les communautés qu’elles représentent étant quasiment disparues. La minorité macédonienne comptait, selon le dernier recensement de 2011, 1264 personnes. Mais étrangement, l’Association des Macédoniens a reçu 5500 votes aux dernières élections législatives de décembre 2016, obtenant un siège au Parlement. De la même façon les Albanais ne (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous