Cinéma en Croatie : peur sur le Centre audiovisuel national

| |

Il y a un an, les ultraconservateurs tapaient à boulets rouge contre le Centre audiovisuel croate, acculant son directeur à la démission. Ce printemps, ce sont cinq de ses collaborateurs qui ont brutalement claqué la porte. Beaucoup craignent la fin du renouveau du cinéma croate alors que les financements ont été réduits et que la nouvelle loi sur l’audiovisuel prévoit un renforcement du contrôle politique.

Par Goran Borković Ces dernières années, les ultras-conservateurs ont beaucoup tapé sur le Centre audiovisuel croate (HAVC), le premier bouc émissaire qu’ils s’étaient choisis pour critiquer un monde de la culture dévoyé. Le HAVC était accusé de détourner des fonds publics, d’avoir un fonctionnement opaque, de financer des films tchetniks, de faire du favoritisme, etc. Bien peu de ces accusations se sont avérées fondées, mais cette pluie de coups contre un établissement au fonctionnement envié à la Croatie par de nombreux États plus riches avait poussé le directeur, le chevronné réalisateur Hrvoje Hribar, à démissionner. On lui a longtemps cherché un (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous