Monténégro : à qui profite la nouvelle « guerre de religion » ?

| |

Chaque soir, des dizaines de milliers de personnes défilent dans les rues de toutes les villes du Monténégro, brandissant croix et bannières de procession, chantant hymnes et cantiques. La loi sur la liberté religieuse a aussi provoqué de vives tensions diplomatiques avec la Serbie et la mobilisation va encore monter jusqu’au soir de Noël orthodoxe, le 6 janvier. Mais qui avait donc intérêt à provoquer une telle crise ?

Traduit par Persa Aligrudić « Merci au gouvernement et à ses collaborateurs d’avoir amorcé la machine à remonter le temps, en nous ramenant dans les glorieuses années 1990 ! Félicitations, ils ont à nouveau conquis leur propre État ! Les politiciens sont satisfaits, les citoyens humiliés – ceux qui croient au Ciel et ceux qui n’y croient pas, mais ceux qui croyaient tous en une certaine justice et en la possibilité d’un meilleur avenir. En un mot, seul le Monténégro a perdu le match entre les usurpateurs et les nationalistes », s’exclame le député Dritan Abazović, président du groupe citoyen URA (opposition). « Que dire d’une majorité qui (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous