Municipales en Roumanie : ces candidats qui changent de parti comme de chemise

| |

À la veille des élections locales de dimanche, des centaines de maires jusqu’alors affiliés au Parti social-démocrate (PSD) ont rejoint le Parti national libéral (PNL), en bonne position dans les sondages. La lutte pour les ressources et les subventions publiques prime toujours sur l’idéologie. Décryptage.

Par Florentin Cassonnet Les élections locales en Roumanie ont lieu ce dimanche 27 septembre. En jeu, 43 000 postes de maires, de présidents de région, de conseillers locaux et régionaux. Et, comme à l’approche de chaque scrutin, on peut savoir dans quelle direction va souffler le vent en observant la « migration politique » des élus, qui passent d’un parti à un autre. « La migration des politiciens n’est ni spécifiquement roumaine, ni nouvelle, ni nécessairement dictée par l’opportunisme », explique pourtant le philologue Alexandru Ciolan. Il y aurait donc des « migrants politiques » comme il existe des migrants économiques ? Dans (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous