La Serbie au défi de la réhabilitation du fascisme

| |

Après celle de Draža Mihailović, l’ancien chef des tchétniks, les cercles néo-fascistes serbes réclament la réhabilitation de Milan Nedić, le « Pétain serbe », chef du gouvernement de collaboration mis en place en 1941 par les occupants nazis. Et la logique de « réhabilitation » pourrait bien s’étendre aux auteurs des crimes des guerres des années 1990.

Par Ph. B. « Sieg Heil ! » Il y avait bien longtemps que le cri hitlérien n’avait plus retenti dans les rues de Belgrade. Et pourtant, le 4 février 2018, lors d’une commémoration de la mort de Milan Nedić, le « Pétain serbe » durant la Seconde Guerre mondiale, une cinquantaine de militants d’extrême-droite ont défilé dans les rues de la capitale serbe, le bras et la main droite tendus. « Est-il possible que ces maniaques fascistes circulent en toute liberté au beau milieu de Belgrade ? » se demandait, choqué, un usager de Twitter. Le gouvernement serbe est resté silencieux, n’ayant apparemment rien remarqué, alors même les saluts hitlériens et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous