L’extrême droite française, les Balkans et le fantasme du « grand remplacement »

| | |

Ces dernières années, l’extrême droite française s’est prise de passion pour les Serbes, érigés en fragiles « remparts de la chrétienté » face aux prétendus assauts conquérants des musulmans des Balkans. Un récit qui réussit à fédérer toutes les chapelles nationalistes, des partisans de Marine Le Pen à ceux d’Éric Zemmour.

Par Jean-Arnault Dérens et Simon Rico La fascination des identitaires pour la Serbie La mouvance identitaire française est particulièrement fascinée par la Serbie, symbole d’une société rurale et patriarcale, qui conserverait des valeurs « originales » et « authentiques » malgré tous les bouleversements du monde moderne. Une de ses figures, Arnaud Gouillon, un ancien militant du Bloc identitaire – connu pour son engagement en faveur des Serbes du Kosovo et qui vit en Serbie, le pays de son épouse, dont il a obtenu la citoyenneté en 2015 – dirige même depuis l’automne 2020 le Bureau du gouvernement serbe pour la coopération avec la diaspora (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous