Kosovo : chez Elida, vous prendrez bien une baklava et une petite tranche d’histoire

| |

Chez Elida, pâtisserie ouverte en 1977 à Pristina, on déguste des baklava, on sirote une limonade, mais on peut aussi écouter les histoires, petites et grandes, du passé de ce lieu emblématique de la capitale kosovare. Reportage.

Par Nerimane Kamberi De fait, à Elida, on ne venait pas seulement pour un moment de bonheur des papilles, les temps difficiles ne le permettaient pas : on y venait aussi pour faire de la politique. « Ici fut prise la décision de quitter massivement le Parti communiste yougoslave, de former le premier syndicat indépendant, de former la Ligue démocratique du Kosovo (LDK)... », énumère Gafar. Situé entre la Société des écrivains et le Palais de la presse (Rilindja), Elida était devenu en quelque sorte le café de l’intelligentsia de ces années de répression et de résistance. « Oui, Elida aussi a souffert. Alors que c’était le seul lieu qui (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous