Kosovo : Hashim Thaçi fait marche arrière sur son projet d’armée

| |

Sous la pression des Occidentaux, Hashim Thaçi est donc rentré dans le rang. Début mars, le Président du Kosovo avait déposé un projet de loi pour transformer les Forces de sécurité (FSK) en véritable armée, provoquant une levée de bouclier au sein de la communauté internationale. Désormais, il s’en remet à un hypothétique changement constitutionnel, impossible sans le soutien des députés serbes...

Par Hysni Bajraktari Dans une lettre adressée au président du Parlement, le chef de l’État Hashim Thaçi a demandé que la création de l’armée du Kosovo se fasse par une modification de la Constitution, et non par un changement des statuts de la Force de sécurité du Kosovo (FSK), pour l’heure cantonnée à des actions de protection civile. Hashim Thaçi s’est donc aligné sur la position des diplomates occidentaux, qui souhaitaient le « respect de la Constitution ». Pour que Pristina puisse constituer une armée, il est officiellement nécessaire de modifier la Constitution, ce qui suppose le vote des deux tiers des députés. Pour ce faire, il est (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous