Européennes 2019 : scrutin test pour une Grèce en sortie de crise

| |

Après une longue décennie de crise et de plans d’austérité, Athènes voit son avenir s’éclaircir. S’ils regrettent le manque de solidarité entre États membres, les Grecs restent attachés à l’Union européenne et redoutent la montée des idées nationalistes et réactionnaires. Les élections du 26 mai seront aussi un test avant les législatives de l’automne.

Par Marina Rafenberg Vassilis, 24 ans, a fait comme de nombreux Grecs : avec la crise, le jeune homme a décidé de partir à l’étranger. Il a pris la route de l’Allemagne, où il suit un master dans la finance, et il espère trouver ensuite du travail sur place. « Pour moi, l’Europe est une source d’opportunités. C’est grâce à l’UE que j’ai pu facilement voyager, étudier à Berlin et espérer avoir un avenir meilleur », explique-t-il. Pour lui, pas question de rentrer en Grèce, avant quatre ou cinq ans. « Certes, les Européens nous ont imposé des mesures difficiles mais les gouvernements grecs qui se sont succédé depuis les années 1980 sont aussi (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous