Croatie : « va te faire foutre, Vukovar »

| |

Vukovar, y en marre. Pour le trentième anniversaire de la chute de la ville, le 18 novembre 1991, le célèbre éditorialiste Boris Dežulović a osé s’attaquer à ce totem du nationalisme croate. La réaction n’a pas tardé : menaces de mort et tir à volonté des « patriotes » sur les réseaux sociaux. Même le ministre des Vétérans a publiquement critiqué le journaliste. Voici le texte qui a fait scandale.

Traduit par Jad Va te faire foutre, Vukovar. Cela fait déjà trente ans qu’ils se remplissent la bouche de ton nom, trente ans qu’ils l’utilisent pour jauger notre patriotisme et, après trente années de ressassement patriotique hypnotique et obséquieux, le mot même de Vukovar a fini par perdre toute sens et toute utilité – comme du reste n’importe quel mot que l’on répèterait sans cesse durant trente ans. C’est un totem de plastique ou une lanterne des morts qui ne sert qu’à alimenter le sentiment de cohésion nationale et à inculquer la peur de la patrie. « Nous avons parlé avec les organisateurs et nous avons convenu que la date choisie pour (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous