Grèce : une Cour spéciale pour juger le scandale Novartis

| |

Le scandale Novartis qui secoue la Grèce depuis le début du mois de février a pris une nouvelle ampleur. Mardi soir, la commission d’enquête parlementaire a décidé de renvoyer devant la justice les dix responsables politiques de premier plan accusés de corruption. Le gouvernement Syriza cherche-t-il à faire un « coup » politique pour discréditer ses adversaires de droite et de gauche ?

Par Marina Rafenberg Le scandale secoue la Grèce depuis plus de deux mois. Le laboratoire pharmaceutique suisse Novartis est accusé d’avoir mis en place en Grèce un vaste réseau de corruption impliquant 4500 médecins, des fonctionnaires et des responsables politiques. Parmi les accusés figurent certaines des personnalités les plus influentes des deux grands partis, le Pasok et Nouvelle démocratie, qui se partageaient le pouvoir avant l’arrivée de Syriza, en janvier 2015 : l’ancien Premier ministre conservateur Antonis Samaras, l’actuel Commissaire européen aux migrations Dimitris Avramopoulos, le gouverneur de la Banque centrale grecque (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous