Monténégro : deux ans après le « putsch raté », toujours impossible de connaître la vérité

| |

C’était le 16 octobre 2016, le jour d’élections législatives cruciales. L’opposition menaçait de prendre la majorité au DPS de Milo Đukanović, une première depuis un quart de siècle. Mais l’annonce matinale d’un coup d’État déjoué, a tout bouleversé... Une affaire sur laquelle plane l’ombre de la Russie et de la manipulation.

Par Srđan Janković La Russie est-elle impliquée dans la tentative de coup d’État du 16 octobre 2016, voilà la question à laquelle doit répondre le procès toujours en cours devant la Haute cour de Podgorica. Sur les bancs des accusés, quatorze individus, des ressortissants monténégrins, serbes et russes. Moscou n’a jamais cessé de répéter qu’il était absurde de lui attribuer un quelconque rôle dans ce prétendu coup d’État. Quant au Procureur spécial, Milivoje Katnić, il reconnaît ne pas avoir encore pu établir clairement de lien entre la Russie et les événements qui ont eu lieu le jour même des législatives 2016, qui s’annonçaient serrées pour la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous