Zeri

TPI : le Procès Milosevic vu du Kosovo

| |

« J’ai la conscience propre. J’ai fait tout ce que j’ai pu pour défendre les
intérêts de mon peuple et de mon pays. L’histoire me jugera ». Ces phrases
ont pu être entendues durant les cent dernières années par beaucoup de
criminels et tueurs, héros et martyrs, idiots et génies. Ces dernières
années, cette phrase a été le plus souvent prononcée par les politiciens et
militaires serbes, qui l’ont dit et répété : Slobodan Milosevic, Radovan
Karacic, Ratko Mladic, Nebojsa Pavkovic, Dragoljub Ojdanic, Milan
Milutinovic etc…

Par Blerim Shala Toute une élite politique serbe, qui a dirigé les Serbes en Croatie, en Bosnie et en Serbie, est sur la liste du TPI pour crimes de guerre commis en ex-Yougoslavie. Le projet de la grande Serbie ethniquement purifiée, qui devait être réalisé à tout prix, les unifiait tous. Ce projet avait le soutien de la majorité du peuple serbe. Malgré l’ insistance du procureur du TPI, Carla Del Ponte, il ne peut être évité que le procès de Milosevic, leader serbe de 1987 à 2000, ne se transforme en une révision d’un crime commis par un État et par un régime soutenu par la majorité d’un peuple. Ce n’est pas l’endroit pour débattre sur des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous