AIM

Slovénie : les fantômes du passé

| |

La réapparition, sur les listes électorales de certains partis slovènes, des
représentants des « nations et des nationalités » de l’ancienne Yougoslavie
est une preuve irréfutable que, dix ans après, il est toujours impossible
pour la Slovénie d’ignorer complètement une partie de sa population dont la
présence a longtemps été passée sous silence.

Par Milan Gorjanac La proclamation de la liste des candidats pour les élections parlementaires en Slovénie, prévues pour le 15 octobre, a montré que la plupart des partis ciblent des groupes électoraux originaires du sud de la rivière Kupa, comme ceux venus des différentes régions de l’ex-Yougoslavie. Leur nombre n’est pas réduit, bien que, depuis qu’ils appartiennent aux minorités non reconnues, les statistiques officielles aient cessé de montrer des chiffres pertinents. C’est un fait connu qu’à l’époque socialiste beaucoup de citoyens des régions pauvres de l’ancienne Yougoslavie venaient en Slovénie, la plus développée des républiques, en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous