Danas

Serbie : le pays redécouvre l’écrivain satirique exilé Bora Ćosić

| |

À l’occasion de la promotion de son ouvrage intitulé Un consul à Belgrade, Bora Ćosić a attiré une foule nombreuse à la galerie belgradoise Artget. D’origine serbe, l’auteur exilé à Berlin s’est acquis une réputation d’écrivain satirique talentueux grâce au succès de sa nouvelle Le rôle de ma famille dans la révolution mondiale, qui a reçu le prix NIN. Il est aussi l’auteur de plus de quarante essais, romans et recueils poétiques pas encore publiés en français. Dans son dernier ouvrage, il relate ses souvenirs et son parcours.

Par Milica Jovanović La présence d’un des auteurs de prose les plus impressionnants de « l’autre » Serbie, celle qui a été créée comme une oasis marginale de la raison dans la rage nationaliste des années 1990, a attiré une foule rarement vue dans la galerie belgradoise Artget à l’occasion de la promotion de son livre Un consul à Belgrade. Les souvenirs de Bora Ćosić - qui couvrent pratiquement un demi-siècle passé dans les milieux littéraires belgradois, depuis son rôle d’élève, de lecteur assidu et, très vite, d’écrivain populaire -, auteur du livre Le rôle de ma famille dans la révolution mondiale (1969), dont les répercussions ont retenti des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous