Serbie : les dernières dépêches de l’agence de presse Tanjug

| | |

C’est un des derniers « monuments » de l’ancienne Yougoslavie qui s’est éteint le 31 octobre dernier, après deux tentatives ratées de privatisation. Les journalistes licenciés n’auront même pas droit aux actions leur permettant de devenir propriétaires de l’agence. Après un long silence, le gouvernement serbe se dit prêt à « trouver des solutions » pour sauver l’agence.

Par I. Mićević L’agence nationale serbe d’informations Tanjug a cessé d’exister juridiquement en tant qu’entreprise publique le 31 octobre, et le sort de ses 180 employés est encore inconnu. Ils attendent une déclaration officielle du gouvernement, mais sont convaincus qu’ils se retrouveront au Service national pour l’emploi. Les salariés de Tanjug ne recevront aucune des actions gratuites auxquelles ils avaient pourtant droit. La loi sur l’information publique et les médias indiquait que les médias qui n’auraient pas été privatisés d’ici le 31 octobre obtiendraient un délai d’un mois pour distribuer les actions gratuites aux salariés. Le 1er (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous