Monitor

Monténégro : L’envers de l’égalité financière

| |

Nationalisations et privatisations entraînent tout un matériel
"juridique" similaire qui n’est pas en faveur des premières.

Les nationalisations au Monténégro ont deux visages. Le premier, officiel, témoigne des décisions du pouvoir et du caractère de la politique menée depuis la fin de la deuxième guerre mondiale jusqu’à la décomposition de l’ex-Yougoslavie. Le deuxième visage est caché, toujours inquiétant, c’est celui dont on ne parlait jamais en public. Lorsqu’en décembre 1946 la loi fédérale sur la nationalisation est entrée en vigueur, les anciens comptes personnels et familiaux, bien enveloppés dans une politique et une idéologie de "pouvoir du peuple ", n’avaient toujours pas été réglés. La nationalisation est rapidement devenue un moyen de "règlement". Les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous