Koha Ditore

Macédoine : la guerre perdue par la télévision

| |

La diffusion des images de guerre à la télévision sont aujourd’hui décisives
dans le déroulement d’un conflit. Un pays démocratique doit prendre en
compte les réactions de l’opinion publique, devenue témoin privilégié par le
petit écran. Milosevic, lui, a perdu la guerre télévisuelle, à cause de ses
agissements scandaleux, en déportant et en déplaçant la population kosovare.
Cela ne lui avait guère effleuré l’esprit que la télévision pourrait se
retourner contre lui…

Par Baton Haxhiu Pour remporter un conflit, il ne faut donc maintenant plus prendre les armes mais plutôt les images. C’est la raison pour laquelle les guerriers de l’UÇK ont dû faire un savant calcul, partagé entre combats et relations publiques, à défaut de tomber dans le même piège que Milosevic. Gluksman avait dit dans une interview que Milosevic s’était mis à dos toute l’opinion publique européenne et américaine, preuve supplémentaire – s’il en faut – que les guerres se font à la télé. Or, où sont les médias dans cette « guerre » en Macédoine ? Nulle part. Ils étaient absents lors des journées de vandalisme à Monastir et durant les actes de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous