Le Courrier des Balkans

Laibach : « Nous voudrions être des ingénieurs de l’âme »

| |

Laibach provoque toujours. Le groupe culte de la scène alternative slovène et yougoslave des années 1980 est toujours actif. Avant une tournée de concerts en Europe (Toulouse, Bruxelles), le Courrier des Balkans a rencontré Ivan Novak, un des piliers de Laibach. Laibach reviendra à Paris et à Bruxelles en mars. Entretien.

Propos recueillis par Gaëlle Perio Le Courrier des Balkans (CdB) : Votre musique est assez agressive... La provocation ne tue-t-elle pas le propos ? Ivan Novak (I.N.) : Le rock est un média très agressif. C’est, en un sens, sa marque de fabrique. Nous vivons de toute façon dans une époque très agressive. Vous ne pouvez plus venir avec des fleurs. D’ailleurs, le public réagit très différemment, mais je n’aime pas parler de cela. Je préfère que les gens arrivent vierges à un concert, sans idée préconçue mais avec leurs propres préjugés, leurs propres attentes et qu’ensuite ils réagissent. Certes nous provoquons un conflit. Souvent les spectacteurs (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous