Danas

Kosovo : Mitrovica après les « grands désordres »

| |

« Ici c’est un ghetto libre, tu fais ce que tu veux, c’est-à-dire rien. Personne ne te demande rien, mais tout vient de Bruxelles, Pristina ou Belgrade : les autres pensent à ta place. Tenez, à la veille des élections au Kosovo on ne savait rien, alors ils nous ont dit ce que nous devions faire. Eux, ils le savent mieux que nous ».

Par Zarko Nikolic C’est ce que me dit un jeune homme qui, bien sûr, ne se présente pas car il est « en mission ». Nous sommes dans la nuit de lundi à mardi, et depuis quelques heures seulement vient de se terminer le conflit le plus grave de ces dernières années entre la police des Nations unies et les habitants de Kosovska Mitrovica. Nous sommes assis au café Dolce Vita, et notre interlocuteur est l’un des « défenseurs du pont ». La nuit, surtout, ils sont chargés de la sécurité dans la ville, ils se déplacent dans les rues, notent tout incident et tout nouveau venu. Ils craignent les irruptions soudaines dans les maisons et les arrestations. Ils sont (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous