Kosovo : les médias au service des intérêts privés

| |

Financements occultes, conflits d’intérêts, autocensure généralisée : la situation des médias ne s’améliore pas au Kosovo, le seul pays d’Europe où il n’existe même plus de presse écrite depuis 2020. Tour d’horizon d’une presse en déliquescence.

Traduit par Chloé Billon (article original) S’autofinancer de manière viable est un problème auquel les médias au Kosovo sont confrontés depuis longtemps, et la pandémie de Covid-19 n’a fait qu’aggraver une situation déjà difficile, explique Xhemajl Rexha, président de l’Association des journalistes du Kosovo. Pourtant, ces dernières années, on enregistre de plus en plus de nouveaux médias au Kosovo note Flutura Kusari, avocate spécialisée dans le droit des médias. Surtout des chaînes de télévision, « dont le financement est moins transparent que jamais, ce qui ne manque pas d’influer sur le professionnalisme du travail des journalistes ». De (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous