Zëri

Kosovo : le chantier de l’autoroute ou le bagne moderne

| |

Douze heures de travail, un seul repas par jour, un seul jour de congé par mois... Tout cela pour un salaire de 1,35 euro de l’heure. Bienvenue chez Bechtel-Enka, le consortium américano-turc qui construit l’autoroute du Kosovo. De nombreux accidents du travail ne sont pas déclarés, les employés terrorisés signent des décharges et renoncent à prendre des congés-maladies. Ceux qui ont essayé de créer un syndicat ont été licenciés. Cette histoire se passe au Kosovo, en 2013.

Par Besiana Xharra Blessés sur leur lieu de travail, maintenant handicapés à vie et sans espoir de pouvoir travailler à nouveau un jour pour gagner leur pain, tel est le sort de plusieurs dizaines d’anciens employés du consortium américano-turc Bechtel-Enka, qui construit « l’autoroute nationale », le plus grand projet du Kosovo d’après-guerre, et le plus coûteux - près d’un milliard d’euros. Les employés de Bechtel-Enka sont obligés d’effectuer un travail physique jusqu’à 12 heures par jour, pour un salaire de 1,35 euros de heure. Ils ont le droit de manger une seule fois par jour, et sont constamment sous la pression de leur employeur. Les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous