AIM

Grèce : Pangalos, le porte-flambeau du consensus contre les minorités nationales

| |

"Il y a des personnes qui ont certaines sensibilités, et elles devraient
avoir
le droit d’être libres, d’avoir leurs propres bureaux, leurs journaux, de
voir
leur langue enseignée, de pouvoir célébrer leurs fêtes à leur
manière, et de se
présenter à des élections.

Par Panayote Elias DIMITRAS Lorsqu’elles estiment qu’elles ne sont pas reconnues ou que leurs droits ont été violés, elles pourraient faire appel aux organisations internationales qui possèdent des mécanismes coercitifs et des procédures obligatoires pour chacun d’entre nous. Quelle meilleure définition de l’existence d’une minorité, de la nécessité de respecter ses droits fondamentaux et de la façon de la défendre, n’est-ce pas ? Vrai ? Faux ! Lorsque le Ministre des Affaires Etrangères grec, Théodore Pangalos, a fait cette déclaration le 22 Décembre 1998, pendant une visite officielle à Skopje, en réponse à une question à propos de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous