Utrinski Vesnik

« Dialogue social » en Macédoine : des syndicats à la botte du gouvernement

| |

Pas de manifestations, pas de grèves, et une paix sociale à toute épreuve. La Macédoine ne connaît-elle donc pas la crise ? Le principal syndicat du pays semble obnubilé par le « dialogue social », qui consiste à ne surtout pas déranger le pouvoir exécutif. Au risque de laisser les salariés sans voix pour les défendre, alors que la situation du monde du travail est loin d’être rose.

Par Maja Tomić L’Union macédonienne des syndicats (UMS) est unique, si on la compare à la nuée de syndicats ou d’associations syndicales en Europe et dans le monde. Ceux-ci règlent les problèmes et défendent les droits et les intérêts des salariés par des manifestions massives et des grèves, et en usant de moyens de pression sur le pouvoir exécutif. Le nôtre utilise une autre tactique : il défend les droits des salariés par un dialogue intensif avec le pouvoir et estime que c’est le moyen le plus original de défendre les droits des salariés. Ni réactions, ni désaccords « L’union socio-économique n’a jamais aussi bien fonctionné », répètent à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous