AIM

Bosnie : Syndicats et privatisations

| |

De nombreux obstacles économiques, sociaux et politiques se sont mis au
travers
de l’implantation pratique des réformes de principe de privatisation. Et
le
soutien à la privatisation s’est fréquemment révélé n’être qu’un
écran de fumée
cachant une lutte de pouvoir entre les partis. En Republika Srpska (RS),
certains s’imaginent que les réformes ont déjà commencé, et
rejettent ainsi
toute attitude critique ou prévenante, surtout si elles proviennent des
syndicats et des travailleurs les plus touchés par la paresse et le manque
de
volonté dans l’implantation des réformes.

Les nombreuses pertes dans le secteur industriel, la lente remontée économique, les bas salaires et le fort taux de chômage ont forcé les syndicats à insister sur une augmentation du rythme d’implantation des réformes. Ainsi, les syndicats de RS se sont forgé un rôle d’initiateur de transition et de réformes, délaissant leur travail traditionnel de contrôle des réformes et de protection des intérêts des travailleurs. Les privatisations sont au cœur de toutes les réformes parce que les relations de propriété déterminent la qualité de l’économie et de la socié té en général. Les syndicats républicains précisent que sous couvert de conditions (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous