IWPR

Bosnie : les blessures invisibles de la guerre

| |

Sept ans après la fin de la guerre en Bosnie, le témoignage troublant d’une femme violée et le sort des enfants nés de ces sévices sexuels.

Par Belma Becirbasic et Dzenana Secic, journalistes du magazine Start de Saravejo Le petit Edin âgé de 9 ans est l’un des milliers d’enfants de Bosnie qui grandissent sans père. Mais alors que les autres peuvent se recueillir sur une tombe ou gardent précieusement des photographies, Edin n’a rien de tout cela. Sa mère Safeta n’a qu’un seul souvenir terrible de son père. « Il a allumé une bougie ou un briquet et il fait son choix. C’était un Serbe de Zemun. Même dans vingt ans, je le reconnaîtrai ». Safeta est une femme violée, pour utiliser une étiquette qui est devenue un lieu commun pour désigner les femmes victimes de sévices sexuelles au cours de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous