AIM

Bosnie : Criminalisation du système

| |

Les histoires de criminalité ont depuis longtemps cessé de faire grimper
le
tirage des quotidiens de la Republika Srpska (RS). Tant de scandales ont é

rapportés et discutés dans la rue et à la tribune de l’Assemblée
que la
criminalité est devenue un phénomène social ordinaire.

Par Branko Peric à Banja Luka La promesse faite par Biljana Plavsic, lorsqu’elle a accédé à la présidence en 1997, selon laquelle la première tâche de l’Etat consisterait à éradiquer le crime organisé, n’est aujourd’hui rien de plus qu’une preuve de l’incapacité du pays à attaquer de front ce fléau social. A ce jour, la lumière n’a pas encore été faite sur les scandales impliquant « Centreks » et « Selekt-import », que la présidente Plavsic avait elle-même dévoilés, rendant publics les documents concernant des délits impliquant des fonctionnaires de l’Etat ou des dirigeants politiques importants. Les rapports sur ces délits ont été soumis au (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous