Grèce : une visite « historique » et sous tension de Recep Tayyip Erdoğan

| |

Officiellement, le voyage a pour but d’apaiser les tensions entre les deux pays, mais l’interview accordée par Recep Tayyip Erdoğan à la veille de sa visite « historique » en Grèce a fait l’effet d’une bombe : le Président turc évoque notamment une révision du Traité de Lausanne de 1923. Ce jeudi matin, le centre d’Athènes est placé sous haute surveillance.

Par Marina Rafenberg C’est la première fois depuis 65 ans qu’un Président turc est invité en Grèce. Cette rencontre historique, censée apaiser les tensions entre les deux pays, ne débute pourtant pas sous les meilleurs augures. En effet, dans une interview à la chaîne de télévision Skai, diffusée à la veille de son arrivée à Athènes, Recep Tayyip Erdoğan a remis en question le traité de Lausanne de 1923, établissant les frontières entre les deux pays. Dans cet entretien donné depuis son gigantesque palais d’Ankara, il a appelé à des « améliorations » concernant la délimitation des espaces aériens et des eaux territoriales en mer Egée, répétant que (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous