Novinite

Guerres balkaniques : à l’assaut de « l’homme malade de l’Europe »

| |

Le 8 octobre 1912, le petit Royaume du Monténégro déclarait la guerre à un Empire ottoman faiblissant et envahissait l’Albanie, toujours sous le joug turc. Trois autres États se rangèrent aussitôt du côté des Monténégrins - Bulgarie, Grèce et Serbie - et déclenchèrent un conflit de grande envergure contre le vieil ennemi impérial, se nourrissant de sentiments nationalistes en plein essor.

Par Ishaan Tharoor En mars 1913, leurs campagnes combinées avaient réussi à bouter des Ottomans chancelants hors d’Europe. Néanmoins, dès juillet, la Grèce et la Serbie s’allièrent contre la Bulgarie dans ce qui fut appelé la Seconde Guerre balkanique : une bataille terrible qui dura un mois et au cours de laquelle des territoires changèrent de nouveau de main, de nouveaux villages furent rasés et de nouveaux cadavres jonchèrent la terre. Quant à la paix qui suivit, elle n’en eut que le nom. Un an plus tard, les grandes puissances européennes s’invitaient dans le destin des Balkans. À Sarajevo, un nationaliste yougoslave assassina le prince (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous