Chronique rockabilly du nationalisme et de la guerre en Croatie

| |

Avec Blue Moon, Damir Karakaš nous entraîne dans la Croatie de la fin des années 1980, entre Zagreb et la Lika. On suit le passage de Charlie vers la vie d’adulte, au son du rock n’ roll et des bruits de bottes qui se rapprochent. Ce roman à l’humour corrosif dézingue les travers d’une société qui ne sait plus à quel saint se vouer. Entretien.

Propos recueillis par Simon Rico Damir Karakaš est né en 1967 dans la Lika, une région montagneuse de la Croatie réputée pour ses hivers rudes et ses loups, mais qui est aussi la patrie de l’illustre inventeur Nikola Tesla. Il a étudié l’agroalimentaire puis le droit à l’Université de Zagreb, avant de s’installer à Paris pour étudier le français à la Sorbonne, où il arrondissait ses fins de mois en jouant de l’accordéon dans la rue. Il est lauréat du prix Kočićevo Pero qui distingue les grandes voix littéraires de l’ancienne Yougoslavie. Le Courrier des Balkans (CdB) : Votre roman est sous-titré « Rhapsodie rockabilly. Qu’est-ce que cela veut dire (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous