Bosnie-Herzégovine : épilogue judiciaire pour les vieux comptes de guerre de la poche de Bihać

| |

C’est une page sombre de la guerre de Bosnie-Herzégovine qui pourrait remonter à la surface, avec l’arrestation lundi matin d’Hamdija Abdić « Tigar ». Durant la guerre, la poche de Bihać, encerclée par les troupes serbes, fut le théâtre d’une âpre bataille entre les forces fidèles au gouvernement de Sarajevo et les « séparatistes » du boss local, Fikret Abdić, soutenus par les Croates du HVO.

Par Léa Saugier Hamdija Abdić « Tigar », ancien commandant de la 502e brigade du 5e corps de l’Armée de la république de Bosnie-Herzégovine et quatre autres anciens militaires, ont été arrêtés lundi 11 décembre au matin à Bihać. Vingt-deux ans après les faits, ils sont soupçonnés d’être les responsables de l’assassinat du commandant du 101e régiment du Conseil croate de défense (HVO), Vladimir Šantić, le 9 mars 1995. Toute l’affaire commence le 5 mars 1995. Une délégation officielle de Zagreb vient rendre visite au général Vladimir Šantić. Ce dernier décide de repartir à Zagreb avec les nouveaux venus. Avant de monter dans un hélicoptère, il est bloqué (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous