Albanie : la transhumance, pratique millénaire au patrimoine immatériel de l’Unesco

| |

C’est une pratique ancestrale en déclin, même en Albanie. La transhumance a pourtant une grande utilité pour la préservation des milieux naturels montagneux et pour assurer l’autosuffisance alimentaire de leurs populations. L’Unesco vient de protéger cette tradition, un premier pas pour la sauver de la disparition.

Par Philippe Bertinchamps Lecture Or, si en France de plus en plus de jeunes aspirent à devenir bergers, en Albanie, au contraire, de moins en moins veulent mener la rude vie de leurs parents. En 2015, observe Martine Wolff, dans la région du Kelmend, « le royaume des chèvres » situé dans les montagnes du Nord de l’Albanie, à la frontière avec le Monténégro, plus de 150 familles passaient l’été dans les hauts pâturages, alors que maintenant on n’en compte pas plus d’une quinzaine. Mais il n’y a pas que l’exode. « Le développement urbain chaotique lèse les hommes et les animaux en empiétant sur les réserves (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous