Nezavisni

Yougoslavie : Economie de la survie

| |

Retraités et partisans des privatisations massives recherchent déjà les possibilités de futurs investissements. L’un d’entre eux regrettait récemment n’avoir pas investi dans Sintelon de Backa Palanka, et indiquait que Neoplanta de Novi Sad et la brasserie d’Apatin ne lui échapperaient pas. Ceux qui manquent de rapidité n’auront à leur disposition que les entreprises en faillite, si leurs salariés « en
faillite » ne les rachètent pas eux-mêmes.

Par Vera Soti Une histoire fait actuellement le tour de la Yougoslavie. Un groupe de retraités assis dans un parc feuillette des journaux et cherche attentivement une information dans leurs pages : mais ce ne sont ni les résultats du loto, ni les avis de décès, ni les dernières instructions politiques de "là-haut". Ces retraités suivent quotidiennement le cours de leurs actions en bourse. Cette histoire est non seulement hypothétique, elle est également surréaliste car qui pourrait imaginer les retraités qui se promènent dans le parc de Danibe à Novi Sad ne pas discuter de la politique globale et planétaire et passer à des sujets plus (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous