Monitor

Serbie-Monténégro : tragicomédie en trois actes de l’harmonisation bancaire et douanière

| |

En raison de la taxe à la valeur ajoutée (TVA) introduite au Monténégro, les transporteurs sont bloqués à la frontière administrative entre les deux républiques. Le quart des droits de douanes ne peut pas être harmonisé, alors que les capitaux serbes mettent quinze jours à parvenir dans les banques monténégrines, par l’intermédiaire de Francfort.

Par Jadranka Rabrenovic La libre circulation des personnes, des marchandises et des capitaux entre le Monténégro et la Serbie, telle que promise et garantie par la Charte constitutionnelle, progresse très lentement. En partie à cause d’importantes différences économiques, et en partie à cause d’un manque de volonté politique, le système fiscal, douanier et bancaire n’a pas beaucoup changé par rapport à ce qu’il était il y a cinq ans. Nous avons voulu vérifier comment se déroulait en pratique l’harmonisation prévue par la nouvelle Union de Serbie et Monténégro (USM). Acte I : la TVA Comme le plus petit État membre a introduit une TVA et changé la loi sur (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous