Monitor

Monténégro : Défense d’un Etat mort

| |

Il est difficile de croire que le sommet pragmatique du DPS voit réellemen
t une
perspective dans des négociations avec Milosevic. Il semble plus réalist
e de
supposer qu’ils jouent des partitions écrites d’avance : faire tout leur
possible pour ne pas être accusés de "sécession". Seulement, cette
tactique
cache un piège : que faire si Milosevic accepte le jeu, sous pression des
multiples problèmes de la Serbie ?

Cet événement semble incroyable au premier coup d’œil : le plus grand opposant de Milosevic, le Parti démocratique des socialistes de Milo Djukanovic, part à Belgrade, pour négocier l’avenir d’un Etat commun. Tout cela se passe au moment où même Vuk Draskovic rejette un Milosevic "décoré" du titre de criminel de guerre et où Arkan, selon des sources d’informations américaines, offre de nouvelles contributions, compromettantes pour son chef, à La Haye. Ils partent à Belgrade après une nouvelle guerre perdue et des crimes commis au Kosovo, après onze semaines d’intervention de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) et le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous