Monitor

Monténégro : à quoi joue le SNP ?

| |

Les dernières exigences de la direction du Parti socialiste populaire
(SNP) peuvent être interprétées comme tentative de sonder le terrain
politique avant de mettre à exécutions les récentes menaces de Momir
Bulatovic, mais aussi comme un simulacre qui minimise les dangereuses
intentions des extrémistes de la direction du parti.

Apres que Momir Bulatovic, premier ministre fédéral et dirigeant du SNP ait menacé que si la police monténégrine refusait de se soumettre au commandement de l’Armée yougoslave (VJ), elle cesserait d’exister, et qu’il ait accusé le Parti populaire (NS) et le Parti social-démocrate de trahison en annonçant que son parti rompait toutes relations avec ces deux formations de la coalition gouvernementale. Il était facile de deviner que le SNP préparait quelque démarche surprenante. La curiosité du public a été très vite satisfaite - Predrag Bulatovic, un des vice-présidents du SNP, chef du groupe parlementaire du parti, a cessé de participer aux (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous