AIM

Kosovo : Elections et crimes politiques

| |

Le recensement de la population kosovare âgée de plus de seize ans fut
la phase la plus significative de la préparation aux élections
municipales d’octobre. Statistiquement, le recensement connut un véritabl
e succès ; mais politiquement il fut beaucoup moins "spectaculaire".

Par Fehim Rexhepi à Pristina. Une vingtaine de partis et coalitions se sont inscrits pour participer aux élections, plus quelques groupes de citoyens et plusieurs candidats indépendants. Toutes les communautés ethniques sont représentées, sauf les Serbes. Des lois, notamment sur les financements des campagnes électorales, ont été votées, réglant ainsi les problèmes techniques des élections. Mais côté politique, le processus est beaucoup plus long et compliqué : il faut donc s’attendre à de nombreux désaccords : les fils seront longs à démêler. On a recensé à peine un millier de Serbes au Kosovo. Le recensement a été boycotté par les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous