Medienhilfe

Kosovo : des médias sous perfusion et sous influence

|

Tiraillés entre la communauté internationale, les autorités locales et un impossible financement, les media kosovars peinent à jouer leur rôle d’informateurs objectifs, professionnels et pacificateurs qu’on espérait voir se développer au sortir du conflit en 1999. Les événements récents nous le rappellent et obligent à poser la question de la conséquence sur les media, et donc indirectement sur l’opinion publique, de la crise économique et de l’Etat de droit qui mine le Kosov@.

Par Blaise Bonvin et Carole Gürtler Les événements survenues au Kosov@ à la mi-mars 2004 ont mis en évidence le rôle néfaste que les media peuvent jouer dans l’escalade de la violence. On se souvient que c’est la noyade de trois enfants kosovars, prétendument pourchassés par des serbes, qui avait provoqué une série de combats, rapidement généralisés dans le nord de la Province. Or les médias kosovars ont probablement participé à l’engrenage de la violence dans le sens où, le jour après la noyade, ils ont propagé une version des faits qui s’est révélée incendiaire et a contribué au déclenchement des attaques anti-serbes. Cette version était basée sur l’unique (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous