AIM

Croatie : Tudjman utiliserait volontiers la force

| |

« Dans l’éventualité d’un raid de Martin Brod par la SFOR et ses
véhicules
blindés, j’étais prêt à y envoyer non seulement des forces de
police, mais
également une résistance en provenance des rangs mêmes de l’armée.
 » Cette
déclaration incroyable, faite par Franjo Tudjman lors de l’ouverture de
l’école
militaire Ban Josip Jelacic, la plus grande institution d’éducation
militaire
de Croatie, indique que la Croatie est passée près d’une guerre contre
les
forces internationales de la paix. Elle prouve que les relations de Zagreb
avec
la communauté internationale et ses forces de paix en Bosnie-Herzégovine
sont
tombées au point le plus bas, auquel seulement Radovan Karadzic était
descendu
lorsqu’il avait kidnappé des « casques bleus » de l’ONU et qu’il
les avait
attachés à des téléviseurs et à des émetteurs radars.

Par Marinko CULIC Quelle est la cause immédiate de cette réaction forte, pour ne pas dire hargneuse, de Tudjman ? Récemment, Franjo Tudjman avait déjà laissé paraître sa colère contre la communauté internationale par deux fois, l’accusant d’une pression exercée depuis l’an passé et qui aurait atteint son apogée juste avant les élections parlementaires de Bosnie. Le but de cette pression étant bien précisément : « de déstabiliser le HDZ, le parti responsable de la création de la Croatie », et donc, pour en venir aux faits, de le renverser lui, Tujman, et probablement de remettre sur pieds une sorte de Yougoslavie, puisque cela serait la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous