Serbie : la dangereuse tentation de réhabiliter Milošević

| |

Un « anticapitaliste », « martyr de la mondialisation », voilà ce qu’aurait été Slobodan Milošević, mort le 11 mars 2006. C’est en tout cas ce que prétendent ceux qui veulent que la Serbie élève un monument à sa gloire. Dix-neuf ans après sa chute, l’héritage idéologique de l’autocrate qui a mis la Yougoslavie à feu et à sang retrouve le devant de la scène. Éditorial.

Traduit par Chloé Billon C’était il y a un an. En mars 2018, l’émission Novi dan, diffusée sur la chaîne privée N1, était consacrée à la possibilité, de plus en plus évoquée, d’élever en Serbie un monument en l’honneur de Slobodan Milošević. Ce jour-là, Jovana Dimitrijević, membre du Parti socialiste de Serbie (SPS), la formation de l’ancien dictateur, et du Comité d’initiative pour l’érection dudit monument, assurait que Slobodan Milošević avait été « un combattant contre le capitalisme » et « la première victime de la mondialisation », assurant même qu’il avait « péri en se battant pour les intérêts nationaux ». C’est tout juste si elle reconnaissait (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous