Offre spéciale Noël - Le coffret cadeau mondes tsiganes

Rroms, Tsiganes, « Égyptiens », ils fascinent souvent, inquiètent parfois, mais restent toujours bien méconnus. Le Courrier des Balkans a sélectionné un CD, un roman et ses meilleurs articles de fonds pour découvrir ou faire découvrir à un proche la culture tsigane et les réalités qu’elle recoupe.

Taraf de Haïdouks, Band of Gypsies, Bruxelles, Crammed Discs, 14 titres

Issu de captations réalisées lors de trois concerts mémorables à Bucarest et d’enregistrements studio, Band of Gypsies est le quatrième album de la plus emblématique formation de musiciens tsiganes de Roumanie.

Toujours en recherche de nouvelles influences les Tarafs ont décidé d’inviter d’autres musiciens balkaniques sur scène avec eux : les macédoniens du Kocani Orkestar, le clarinettiste bulgare Filip Simeonov ou le percussionniste turc Tarik Tuysuzoglu sont ainsi présents sur plusieurs titres de l’album. L’occasion de découvrir ou retrouver quelques-uns des plus célèbres standards de musique tsiganes servis par de grands interprètes galvanisés par cet album-rencontre évènement.

Velibor Čolić, Ederlezi, Paris, Gallimard, 2014, 224 pages

Ederlezi retrace l’histoire, à travers le XXe siècle, d’un fameux orchestre tsigane composé de musiciens virtuoses, buveurs, conteurs invétérés, séducteurs et bagarreurs incorrigibles. Ils colportent leurs blagues paillardes, leurs aphorismes douteux et leurs chansons lacrymogènes de village en village. L’orchestre sombrera dans les grands remous de l’histoire : englouti en 1943 dans un des camps d’extermination où périrent des milliers d’autres Tsiganes, il renaîtra pour être de nouveau broyé par la guerre d’ex-Yougoslavie en 1993. Chaque fois, le meneur de l’orchestre, Azlan, semble se réincarner. On le retrouve finalement dans la « Jungle » de Calais en 2009, parmi les sans-papiers et les traîne-misère qui cherchent un destin aux franges de la modernité.

Le roman de Velibor Čolić restitue merveilleusement la folie de la musique tsigane, nourrie de mélopées yiddish, de sevdah bosniaque, de fanfares serbes ou autrichiennes, une musique et une écriture pleines d’insolence, au charme sinueux et imprévisible. Les réincarnations successives d’Azlan font vivre avec bonheur la figure du Rom errant éternellement, chargé des douleurs et des joies d’un peuple comparable à nul autre.

Les Cahiers du Courrier des Balkans, Rroms des Balkans : intégration, citoyenneté, démocratie, Paris, Non Lieu, 2012, 216 pages

Rroms, Tsiganes, « Egyptiens », ils fascinent souvent, inquiètent parfois, mais restent toujours bien méconnus. Les Rroms des Balkans ne sont pas tous musiciens et ne « rêvent » pas tous de venir s’installer sur des terrains insalubres en bordure des autoroutes françaises.

Ils figurent parmi les victimes oubliées de tous les conflits du XXe siècle, depuis le génocide de la Seconde Guerre mondiale jusqu’aux guerres yougoslaves des années 1990. Pourtant, de la Slovénie à Roumanie, en passant par l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine et la Serbie, de jeunes intellectuels rroms réfléchissent à l’avenir de leur peuple.

Intégration, assimilation ? Les débats et les polémiques touchent en fait au cœur même de la démocratie et de la citoyenneté. Ce cahier fait le point sur une « question rrom » multiforme, qui est plus que jamais une question européenne.

Près de 50 articles, de nombreux textes inédits, annexes, fiches pays, chronologie...
Un cahier coordonné par Philippe Bertinchamps et Jean-Arnault Dérens.

Frais de port : 5,84e pour l’ensemble du coffret

  • Taraf de Haïdouks, Band of Gypsies / Velibor Čolić, Ederlezi / Les Cahiers du Courrier des Balkans, Rroms des Balkans : intégration, citoyenneté, démocratie
  • Prix : 48.00 €
  • En savoir +