Moldavie : le bras de fer se durcit entre Maia Sandu et la majorité socialiste

|

Pour éviter un gouvernement de cohabitation dominé par les socialistes, la nouvelle Présidente Maia Sandu veut des élections anticipées. Pour cela, elle tente de passer en force face à un Parlement qui lui est majoritairement hostile. Accusée d’« usurpation de pouvoir », elle risque une suspension.

Par la rédaction La confrontation se durcit entre Maia Sandu et la majorité socialiste. Élue en novembre 2020 face au Président sortant et chef du Parti socialiste (PSRM) Igor Dodon, la nouvelle présidente souhaite des élections anticipées pour éviter une cohabitation, mais le PSRM, qui domine le Parlement, ne semble pas prêt à lui accorder. Maia Sandu tente le passage en force : elle a rejeté Mariana Durleșteanu, la candidate endossée par le PSRM, le Parti Șor et le parti Pour la Moldavie, dont le groupe parlementaire a la majorité avec 54 députés sur 100, et a nommé pour la seconde fois Natalia Gavriliță au poste de Première ministre. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous