Grèce : lourde défaite pour Syriza malgré la fin de l’austérité, la droite reprend le pouvoir

La sortie officielle du dernier plan d’aide international à la fin de l’été 2018 et le retour à la croissance n’auront pas profité à la gauche radicale. La Grèce « reprend son destin en main » promettait pourtant le Premier ministre sortant Alexis Tsipras. Un argument qui n’a pas convaincu alors qu’il avait fini par céder face aux créanciers durant l’été 2015 et érodé la confiance que lui avait accordé une population exaspérée par la dureté des mesures d’austérité imposées par la Troïka. Battu une première fois par les conservateurs de Nouvelle démocratie lors des européennes, municipales et régionales du 26 mai 2019, Syriza a de nouveau essuyé un lourd revers lors des législatives anticipées du 7 juillet 2019. C’est une droite revancharde qui revient aux affaires.

À découvrir sur notre Boutique en ligne : Sauvons-nous de nos sauveurs. Un livre de Slavoj Žižek & Srećko Horvat. Préface d’Alexis Tsipras Textes traduits de l’anglais par Séverine Weiss, Paris, Lignes, septembre 2013, 176 pages, 14 euros. Résultats des législatives du 20 septembre 2015 Syriza : 35,5% et 145 sièges (sur 300) Nouvelle démocratie : 28% et 75 sièges Aube dorée : 7% et 18 sièges PaSoK : 6,3% et 17 sièges KKE : 5,5% et 15 sièges To Potami : 4% et 11 sièges Grecs indépendants : 3,7% et 10 sièges Résultats des législatives du 7 juillet 2019 Nouvelle démocratie : 39,8% (158 sièges sur 300) Syriza : 31,5% (86 sièges) Mouvement (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous