Bulgarie : l’ombre du général iranien Qassem Soleimani plane sur l’attentat de Bourgas

| |

Le 18 juillet 2012, un attentat faisait sept morts à Bourgas, sur la mer Noire : cinq touristes israéliens, leur chauffeur bulgare et celui qui a été longtemps présenté par les autorités bulgares comme le « kamikaze ». Cette attaque fait partie de la longue liste de faits d’armes attribués par Washington au puissant général iranien Qassem Soleimani, assassiné par l’armée américaine à Bagdad.

Par Alexandre Lévy Le 3 janvier 2020, le général iranien Qassem Soleimani, commandant d’Al Qods, l’unité présentée comme le bras armé des Gardiens de la révolution à l’étranger, était assassiné dans l’aéroport de Bagdad par une attaque de drone menée par l’armée américaine. Depuis, le monde se tient en haleine, tant l’évènement est porteur de craintes et d’incertitudes pour l’avenir du Moyen-Orient. Il trouve aussi un écho particulier en Bulgarie, à Bourgas, le grand port du pays sur la mer Noire. En 2012, un attentat y avait coûté la vie de cinq touristes israéliens, de leur chauffeur bulgare ainsi que du kamikaze présumé. Cette attaque fait partie de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous