Entre Grèce et Turquie, la dangereuse escalade des provocations

Rien ne va plus entre la Grèce et la Turquie : crise des réfugiés, prospection d’hydrocarbures en mer Egée, transformation de Sainte-Sophie en mosquée, tout est prétexte à tensions. Recep Tayyip Erdoğan multiplie les provocations à l’encontre d’Athènes. Les relations entre les deux voisins ne cessent de se détériorer depuis le retour au pouvoir des conservateurs de Kyriákos Mitsotákis, en juillet 2019.

Deux lieux symboliques : Le Phanar, quartier historique d’Istanbul, siège du Patriarcat oecuménique de Constantinople. La Thrace occidentale, seule région de Grèce où soit reconnue une minorité « musulmane », dont les droits sont garantis par les accords de Lausanne (1923) Quelques dates : 1830 : le sultan Mahmud II reconnaît l’indépendance de la Grèce 1923 : le Traité de Lausanne fixe les frontières de la Turquie et prévoit des échanges de population entre Grèce et Turquie 1964 : dans le contexte des tensions à Chypre, expulsion des Grecs d’Istanbul 1971 : fermeture de l’Institut de théologie orthodoxe de Halki 1974 : tentative de coup d’Etat (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous